Trilogie de courts métrages néerlandais des années 1930

Événement

Trilogie de courts métrages néerlandais des années 1930

Organisée par l’association Theo van Doesburg à l’Aubette 1928, place Kleber, Strasbourg, les 10, 17 et 24 avril 2015 de 19h à 20h

Chaque soirée se clôturera par un verre de l’amitié. Entrée libre, plateau.

Le vendredi 10 avril

 sept court métrages, dont certains films muets, introduits par Madame Marleen Labijt, responsable des prêts d’archives d’Eye (le musée du cinéma à Amsterdam). Cette introduction servira d’éclairage de la situation de la production de films néerlandais de l’époque, où des partisans du film artistique voulaient se démarquer de la production de films « grand public » :

– “Un jour de semaine” (« een doordeweekse dag »), des gestes quotidiens filmés comme si la camera était le champ visuel d’une personne qui les exécute;

– “Carambolages” (“Botsingen”), heurts dans les relations humaines montrés commes des carambolages de boules de billard ;

– “Le royaume des cristaux” (“Het rijk der kristallen »), toutes sortes de cristaux vus par l’œil d’un microscope;

– “Les ponts de la Meuse” “De Maasbruggen » vues artistiques des ponts sur la Meuse et des bateaux passants à Rotterdam;

– « La profondeur » « De diepte », une étude des distances et perspectives ;

– “Hoogstraat”, la vie quotidienne dans la « Hoogstraat », rue de centre de Rotterdam;

– “La ruelle” (“De steeg”), la vie quotidienne dans un quartier pauvre;

Le vendredi 17 avril

Sept court métrages, dont certains films muets, formant une retrospective de l’avant gardiste surréaliste, Emiel van Moerkerken (1916-1995). Ce photographe, doté d’un sens de l’humour absurde, préférait être présenté comme cineaste:

– “Sonate” (1934), film muet, compositions de ritmes et une une fin heureuse;

– “Regards dans un zoo” “Kijkjes in de dierentuin » (film muet encore jamais montré en public), impressions teintées d’érotisme de la vie sur une plage, où même Saint Nicolas fait une apparition ;

– “Limehouse blues” (1948), vues de cimetières et tomves accompagnées de musique jazz enjouée;

– “La valse du coucou” (« The Cuckoo Waltz ») (1955), des processions, fanfares, statues dansantes et blagues filmiques ;

– “Palais de rêve » (« Droompaleis ») (1969), la réalisation Ferdinand Cheval dans la Drôme;

– “Sonata chipolata” (1973), jeu avec une marque de cigarettes et d’alumettes dans un environnement épiscopal ;

-“L’année prochaine à Holysloot” (“Volgend jaar in Holysloot ») (1983), un aveugle entame un voyage vers Holysloot, un village de la circonscription d’Amsterdam, en passant par différentes contrées européennes (dont le palais du facteurCheval), avec le message : « Qui n’aimerait pas venir à Holysloot, mais c’est un long voyage ».

Le vendredi 24 april

 Une série de court métrages muets centré sur vues de villes dans les années 1920/30.

La projection sera accompagnée musicalement par le duo Daniela Tsjekova (piano) – Frank van Lamsweerde (violoncelle), professeurs au Conservatoire de Strasbourg